Mori Yoshida 吉田守秀

Dernière mise à jour : août 21

Rendez-vous dans le palais des saveurs les plus exquises !



J'ai découvert le travail de Mori Yoshida il y a quelques années à travers sa victoire dans l'émission de télé "le meilleur pâtissier professionnel" puis étant parti au Japon je n'ai pas eu l'occasion de me rendre dans sa boulangerie.


C'est dans la Revue Koko que j'ai pu redécouvrir Mori Yoshida à travers une interview. Il n'en fallait pas plus pour me donner envie de découverte gastronomique.


Je ne vais pas m'étendre longuement sur le sujet, Revue Koko le fait bien mieux que moi dans son numéro 2 consacré à la gastronomie. L'instagram et le site internet de la boulangerie complèteront ce tour d'horizon.


Pour ma part, j'ai craqué pour sa galette des rois ! Superbe visuellement, accompagnée d'une couronne absolument magnifique, petit œuvre d'art en elle-même, rappelant la fameuse couronne de laurier portée notamment par Napoléon Bonaparte lors de son sacre comme nous le rappelle l'inscription à l'intérieur de celle-ci.


Pour en revenir à la galette, il s'en dégage un son magique et très prometteur à la découpe du feuilletage. Ce dernier est juste divin et la frangipane un vrai délice. Mori Yoshida proposait deux saveurs, une galette classique et une avec des zestes de citron. Je n'ai goûté que la classique qui fond dans la bouche. En général je n'arrive pas à manger plus d'une part de galette et je me sens lourd avant de finir ma part. Mais j'ai partagé cette galette pour 4 personnes avec une amie et nous avons donc mangé une demi-galette chacun et n'étions pas du tout écœurés et pour dire vrai, nous aurions pu manger une galette en entier chacun tellement elle est bonne !


Cette dégustation m'a donné envie d'en savoir plus sur l'origine de la galette des rois. Les sources sont diverses et les origines multiples mais j'ai notamment appris que dès l'antiquité romaine il était de coutume de tirer les rois. Les esclaves participaient à cette tradition et l'esclave qui trouvait la fève devenait roi d'un jour. Il pouvait alors faire ce que bon lui semble, y compris donner des ordres à son maître. Déjà à cette époque c'était la personne la plus jeune qui devait aller sous la table pour la distribution des parts ! Les coutumes traversent les âges et se modifient mais il reste toujours certaines similitudes, preuve en est !


Prochaine étape, goûter les cakes (érable, caramel salé, citron) qui avaient l'air tout aussi bons que la galette et les viennoiseries qui me semblent également exceptionnelles !

Et pourquoi pas craquer pour les confitures (fraise et framboise à la nepita, framboise au vieux muscat, figue noire corse et fior' di notte, pomelo corse et vanille de Madagascar, orange corse et Miel Corse d'été, citron corse et vanille de Madagascar etc.) aussi. Pour les amoureux du chocolat, Mori Yoshida est aussi chocolatier et vous pouvez donc trouver des chocolats dans sa boutique.


Rendez-vous chez Mori Yoshida !

Mercredi au dimanche de 10h à 19h

65 avenue de Breteuil 75007 PARIS





11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout